Notre équipe

François Altwies Neurofeedback Luxembourg

François Altwies

Fondateur de Neurofeedback Luxembourg

C’est à seulement 40 ans que je découvre mon diagnostic de TDAH, qui explique enfin beaucoup de mes déboires et difficultés rencontrées

François est le fondateur de Neurofeedback Luxembourg. Il a deux enfants et vit à Luxembourg ville. Il est passionné de nouvelles technologies et biohacking.

« J’ai toujours été attiré par les projets pionniers, innovants et disruptifs. Après avoir étudié le fonctionnement des machines, de la philosophie, de la psychologie, de la criminologie, des images de synthèse et réalité virtuelle, j’ai atterri dans l’interface homme-machine avec la Neurophysiologie appliquée : le Neurofeedback.

Ma vie n’a pas commencé dans les meilleures conditions qui m’ont laissé quelques empreintes (orphelin, familles d’origine dysfonctionnelles), ce que je qualifierais aujourd’hui de PTSD, mais on m’avait donné le diagnostic de « Dépression ».

Après être passé par des médications, thérapies ambulatoires et stationnaires, beaucoup de formations (PNL, Hypnose, EMDR, Coaching, Process Communication, Thérapie provocatrice, etc.), les problèmes d’addiction et d’instabilité émotionnelle ont été fortement réduits, mais je n’avais pas encore retrouvé les capacités cognitives de mon cerveau (certes un burn-out et un traumatisme crânien n’ont pas aidé).

C’est à seulement 40 ans que je découvre mon diagnostic de TDAH, qui explique enfin beaucoup de mes déboires et difficultés rencontrées: instabilité émotionnelle, études abandonnées, changements d’orientations, automédication et addictions, conduites oppositionnelles et à risque, etc.

En essayant de trouver des solutions à ce chaos dans ma tête, je suis tombé sur le Neurofeedback : je me suis inscrit à un cours et me suis porté volontaire pour les premières démonstrations, et là j’ai tout de suite ressenti les effets : quelqu’un avait rallumé mon cerveau !
J’ ai décidé d’en faire mon travail (malgré beaucoup de résistance de professionnels de la santé), et de partager les bienfaits de cette technique méconnue et sous-estimée au Luxembourg, voire en Europe.

J’ai enchaîné les formations auprès des plus grands experts dans le domaine: Akademie für Neurofeedback, Thomas Feiner, Doerte Klein, Tom Collura, Mark Smith, Pennijean Gracefire, Dr Harry Keriadisis, Dr Juri Kropotov, Dr Richard Soutar, Dr Robert Thatcher, Dr Nicholas Dogris, Dr Tiff Thompson, Jay Gunkelman, Martin Wuttke, etc… pour en arriver après plus de 2000 cerveaux analysés et plus de 1500 séances prestées en 2021 au point de développer ma propre approche qui promet les résultats les plus rapides, durables et aux effets prévisibles.

Ce travail est devenu ma passion, et j’adore transmettre ce savoir avec nos clients, mon équipe mais aussi pour former d’autres professionnels (psychologue, psychiatre, neurobiologiste, formation à l’université, etc..)

Les changements observés chez nos clients tous les jours continuent à me fasciner et au vu du grand potentiel des nouvelles technologies telle que la photobiomodulation et de nouveaux projets (neuroméditation, publications scientifiques) l’avenir promet encore plein d’aventures et de challenges, aucun risque de s’ennuyer…

Mélanie Schmaltz Neurofeedback Luxembourg

Mélanie Schmaltz

Psychologue diplômée, spécialisée en Neuropsychologie

Ma vie a connu son lot d'épreuves et c’est ce qui fait qui je suis aujourd'hui, ce qui a construit ma résilience et ce qui me permet d'aider les autres au quotidien

Mélanie est psychologue, spécialisée en Neuropsychologie, diplômée de la Faculté de Strasbourg, ville dont elle est originaire. Après avoir travaillé auprès de personnes avec autisme dans de l’associatif et en centre spécialisé, elle a passé 3 mois en Californie dans un centre pour personnes âgées pour perfectionner son anglais. A son retour, elle a saisi l’opportunité de travailler dans le domaine du Neurofeedback. Mélanie vit maintenant en Belgique avec son conjoint et leur chat. Elle est une grande passionnée de voitures et de jeux vidéo. Elle adore le jardinage, le dessin ou encore les animaux et la nourriture (surtout le fromage !). Récemment, elle a commencé l’apprentissage du piano et du yoga après avoir longtemps pratiqué l’équitation et le tir à l’arc.

« Ma vie a connu son lot d’épreuves : parents divorcés, mère souffrant d’alcoolisme, placement en foyer social, deuil, abus sexuel… C’est ce qui fait qui je suis aujourd’hui, ce qui a construit ma résilience et ce qui me permet d’aider les autres au quotidien. Laissez-moi vous raconter comment la vie m’a permise de devenir la meilleure version de moi-même :

Mon métier de rêve a toujours été vétérinaire mais rapidement je me suis rendu à l’évidence que ces études seraient difficiles pour moi. Alors quand le choix d’orientation s’est présenté, je me suis dit « Psycho ? Pourquoi pas ! Ça a l’air très intéressant ». Ma première orientation a été la psychologie du développement pour travailler avec les enfants autistes et aider leurs familles.

Mon parcours scolaire a été stoppé net en 2014 : après 4 ans, mon petit frère a finalement perdu la bataille contre le cancer. En proie à la souffrance, dans l’incapacité de suivre les cours, j’ai dû redoubler. Cette épreuve a été décisive dans mon choix de carrière car lors de cette année bis, j’ai découvert avec un œil nouveau la neuropsychologie et neurophysiologie que je maudissais auparavant.

Durant ces cours, les professeurs ont abordé le Neurofeedback très brièvement. Je n’avais pas vraiment compris… comment quelqu’un pouvait faire grandir une flamme sur un écran avec son cerveau et ainsi réguler son activité cérébrale ?! Comment cela pouvait-il l’aider ? En me renseignant, il y avait 2 écoles : ceux pour qui c’était miraculeux et ceux pour qui c’était nul et placebo. Je voulais me faire mon propre avis, tester la technique. L’univers m’a entendu puisqu’une offre de stage dans un cabinet de neurofeedback est arrivée dans mes emails. C’est ainsi que j’ai rencontré François, le neurofeedback et je ne suis plus jamais repartie. C’était ce qui me manquait dans ma pratique : faire passer des bilans neuropsychologiques pour identifier les troubles oui, mais après ? Quelles solutions pour aider ces personnes en souffrance ?! Pratiquement rien… le Neurofeedback était cette solution. J’ai pu assister à tant de changements positifs, parfois même de vrais miracles avec des clients revenant de loin.

Grâce aux séances dont j’ai bénéficié moi-même, fini les crises d’angoisses, la fatigue, le mauvais sommeil et les difficultés à me concentrer.

En 2022, à l’âge de 27 ans, j’ai découvert que j’avais un TDAH avec Dyscalculie sévère depuis l’enfance. Beaucoup de choses ont eu un sens ! Et malgré ces troubles que je ne soupçonnais pas, j’avais réussi un Bac Scientifique et des études de neuropsychologie remplies de mathématiques. Alors ne laissez jamais personne vous dire ce dont vous êtes capables ou non ! Tel est mon mantra : Si vous le décidez, rien ne peut vous arrêter. Et vos difficultés peuvent devenir une force. Ce sont les épreuves de la vie qui m’ont rendu si passionnée dans mon travail aujourd’hui.

J’accompagne les personnes dans la découverte d’eux mêmes, dans la compréhension de leurs difficultés et les aide à s’en sortir grâce au bilan EEG et aux séances de neurofeedback. Geek dans l’âme, je m’occupe également des réseaux sociaux et de la communication.

Patrick Jost Neurofeedback Luxembourg

Patrick Jost

Administrateur-délégué

Quand on a fait le tour des professionnels de la santé, le Neurofeedback apporte souvent un soulagement auquel on ne croyait déjà plus. Si seulement c'était davantage connu du grand public. Avis aux amateurs pour répandre la bonne parole.

Patrick est un entrepreneur luxembourgeois. Il parle luxembourgeois, allemand, anglais, français et comprend (de plus en plus) le danois.

Après sa formation bancaire et ses études (A.E.S. – administration économique et sociale) à l’université de Montpellier, Patrick rejoint l’entreprise familiale au Luxembourg. Avec l’aide d’une équipe de presque 60 personnes, il a développé des solutions innovantes pour le secteur financier et les institutions de l’Union Européenne.

Patrick a voyagé dans plus de trente pays et a vécu presque cinq ans en Australie. Il est marié, a deux enfants et habite avec sa famille au Luxembourg.

Il est administrateur-délégué de Neurofeedback Luxembourg depuis juin 2022.

« Ma première rencontre avec le Neurofeedback était l’histoire d’une fille qui participait plutôt bien en classe, mais qui échouait systématiquement à tous ses examens. Ses parents (à bout de forces, comme vous pouvez l’imaginer) avaient bien entendu fait le tour de tous les médecins, psychologues, etc. pour en connaître la raison. Rien. Lors d’une évaluation de son cerveau (brain map) lors de laquelle elle regardait un film, François lui demandait si le film lui faisait peur. Elle lui répondait que non, comme quoi elle trouvait le film plutôt amusant. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’à l’écran, son thérapeute et ses parents pouvaient observer (alors que son environnement n’était pas particulièrement stressant, au contraire) que son cerveaux était déjà en “overdrive” / dans le “rouge” – tel que sur le tableau de bord d’une voiture. En ajoutant le stress d’une épreuve scolaire, on peut vite comprendre pourquoi elle ne pouvait pas réussir ses examens. En “calmant” les zones affectées, par des séances de Neurothérapie, son cerveau a appris très vite ce qu’il fallait faire et ce qu’il ne fallait pas faire. Grâce au Neurofeedback, son parcours scolaire fût fort différent de ce qu’elle avait connu auparavant et de ce qui aurait autrement été un fardeau pendant de nombreuses années – et pour elle, et pour ses parents. C’est ainsi que j’ai appris à connaître (et à comprendre?) comment le Neurofeedback peut aider là où d’autres disciplines ont leurs limites. J’en suis devenu un grand adepte, en étant venu entraîner mon propre cerveau dès 2015 et celui de mes enfants. En tant que client Neurofeedback et fan de technologie en général, j’ai décidé en 2021 de m’investir personnellement dans ce que François avait commencé à mettre sur pieds.

J’adore travailler au quotidien avec cette équipe motivée, compétente et toujours soucieuse d’améliorer la vie de nos clients. Passionné d’informatique, le paramétrage de nos systèmes – c’est pour moi..”

Laura Fallot

Stagiaire marketing et communication

Neurofeedback - un cadeau pour le cerveau.

Laura, 21 ans, vit en France près de la frontière luxembourgeoise et est étudiant en troisième année de Bachelor Marketing.

Etudiante en troisième année de Bachelor Marketing au sein de l’école de commerce IMC de Metz, elle est depuis le 15 janvier stagiaire au sein de Neurofeedback Luxembourg et ceci jusqu’au mois de juillet 2024.

C’est en décembre 2023 que Laura a dû trouver un nouveau stage car sa précédente entreprise fermait. Par l’intermédiaire de son école, elle a fait la connaissance de Neurofeedback Luxembourg. Elle y a effectué une journée de découverte avant de commencer son stage dans le domaine du marketing et de la communication.

 « J'ai découvert une entreprise très humaine, avec une manière de travailler que je qualifierais d'« adaptée à la personne », et un nouveau domaine d'activité.

Je me suis de suite sentie à l’aise au sein de l’entreprise et également avec le personnel qui était, et qui est toujours, très agréable 🙂

Ayant pour objectif de poursuivre mes études dans le domaine du Marketing, j’apprécie tout particulièrement de réaliser mon stage au sein de cette entreprise dans laquelle je vais pouvoir découvrir tous les outils et le fonctionnement de diverses stratégies marketing en détail.

De plus, j’apprécie le fait de parler et de travailler d’un sujet qui n’est pas courant sur lequel je vais beaucoup apprendre et dont peu de personnes entendent parler.

Au sein de Neurofeedback, je souhaite tout d’abord améliorer notre visibilité et notre présence sur les réseaux sociaux et particulièrement notre page Instagram.

En effet, faisant partie de la génération Z, je souhaite me servir de mon point de vue externe pour optimiser le réseau de l’entreprise en partageant des publications qui seront attractives pour le public que nous visons.

Je souhaite également apprendre le lancement d’une stratégie marketing, comment est-elle mise au point, comment lancer une nouveauté, mais aussi comment fidéliser une clientèle, et comment promouvoir une entreprise afin qu’elle soit reconnue dans différents pays.

Effectuer mon stage au Luxembourg me booste également à améliorer mon anglais qui est encore à un niveau trop scolaire mais que je souhaite bonifier rapidement.

Pour un étudiant présentant un niveau d’anxiété élevé, quoi de mieux que de faire un stage dans une entreprise de Neurofeedback ?

Moesha Tshishimbi 

Psychologue stagiaire spécialisée en neuropsychologie

Mon rêve simple était de rejoindre une équipe de professionnels attentionnés et dévoués à aider les personnes en souffrance avec empathie, professionnalisme et expertise.

Moesha a 23 ans et étudie en Master 2 en Neuropsychologie Cognitive Clinique à l'Université de Strasbourg. Elle vit actuellement à Metz, près de la frontière luxembourgeoise, avec son compagnon et leur chat.

Après un baccalauréat scientifique, des études de médecine et un passage dans l'armée comme réserviste, Moesha a trouvé sa vocation dans l'étude de la psychologie.

Depuis le 5 février 2024, elle est stagiaire à Neurofeedback Luxembourg. C'est d'ailleurs chez nous qu'elle effectuera son stage de fin d'études, lui permettant de valider son diplôme.

« J'ai toujours été attiré par la santé et les soins personnels. J'ai toujours aimé être là pour mes proches et prendre soin d'eux. Je suis également une grande empathique, donc je me sens responsable lorsqu'il s'agit d'aider et lorsque j'en suis capable.

Après mon bac scientifique, étudier la médecine me paraissait une évidence. Cependant, je me suis vite rendu compte que le rythme de vie à la faculté de médecine ne me convenait pas et avait un impact négatif sur ma santé mentale. C'est plus ou moins ce qui m'a fait prendre conscience de l'importance de ma santé mentale.

L’option la plus évidente à l’époque était d’étudier la psychologie. Au fur et à mesure de mes études, je suis devenue de plus en plus attirée par la neuropsychologie et les neurosciences. Ma fascination grandissante pour le fonctionnement du cerveau m'a amené à développer une passion pour l'étude de cet organe et du système nerveux dans lequel il est intégré, d'où ma spécialisation en neuropsychologie. Mon intérêt pour les pathologies pouvant affecter le cerveau et son fonctionnement s’est alors précisé. Plus précisément, les troubles neurodéveloppementaux et psychiatriques. C’est ainsi que j’ai réalisé que j’allais pouvoir aider les personnes dans le besoin, grâce à la source qu’est le fonctionnement cérébral.

Durant mon Master, je me suis rendu compte que l'application stricte de mon métier ne correspond pas à ce que je souhaite apporter aux autres. Je ne veux pas seulement être la personne qui administre des tests et met en évidence les troubles. Je veux aider à trouver des solutions pour les personnes dans le besoin, les personnes qui souffrent.

C'est par hasard que je suis tombé sur une publicité pour Neurofeedback Luxembourg. Après une journée d'immersion, j'ai confirmé mon envie de faire partie de cette équipe. Le neurofeedback n'est pas seulement un outil ; ce que nous faisons chez Neurofeedback Luxembourg, c'est un accompagnement individualisé utilisant différents outils, pour faire ressortir le meilleur de chaque personne. Faire partie d'un groupe de professionnels qui accompagnent, soutiennent et aident des personnes en détresse par pure vocation, c'est tout ce que je souhaitais. Ce même souhait s'est réalisé grâce à mon stage chez Neurofeedback Luxembourg. C'est un plaisir de faire partie d'une équipe aussi agréable et passionnée. J'ai hâte de voir ce que nous pouvons réaliser ensemble.

Élisa Vincent

Psychologue stagiaire spécialisée en neuropsychologie

Comprendre & aider : c'est ce qui me passionne au quotidien, et c'est avec le Neurofeedback que j'ai réussi à combiner les deux.

Elisa a 22 ans et est en dernière année de Master en neuropsychologie. Après une licence en psychologie à Tours et un semestre à Montréal, elle choisit de se spécialiser en neuropsychologie et effectue son Master à l'Université de Strasbourg. C'est lors de son stage de fin d'études qu'elle rejoint l'équipe de Neurofeedback Luxembourg, en vue de devenir praticienne en Neurofeedback.

« J'ai toujours été curieux de nature et j'ai toujours aimé comprendre ce qui m'entourait, en particulier les gens. Étudier la psychologie m'a donc immédiatement fasciné, me donnant l'opportunité d'apprendre à décrypter le comportement humain et les pathologies psychiatriques, dans le but de devenir compétent pour aider les personnes dans le besoin. De plus, j'ai toujours été attiré par les sciences, ce qui m'a orienté vers la psychologie cognitive et les neurosciences, jusqu'à ce que je découvre la neuropsychologie. Étudiant le lien entre fonction cérébrale et comportement, cette discipline était pour moi un choix évident.

Durant mon Master, j'ai pu acquérir beaucoup de connaissances, mais je me suis vite rendu compte que la pratique ne me convenait pas. Plutôt axé sur le diagnostic sans proposer de solution assez rapide, efficace et concrète, le sentiment de ne pas pouvoir vraiment aider les patients ne me paraissait pas logique.
Lorsque j'ai découvert le Neurofeedback, d'abord grâce à des recherches personnelles puis brièvement en cours, j'ai trouvé la technique révolutionnaire, et je ne comprends toujours pas pourquoi on en entend si peu parler.

Chez Neurofeedback Luxembourg, je pourrai apporter une aide pratique aux gens pour améliorer leur qualité de vie, tout en continuant à en apprendre toujours plus sur le fonctionnement du cerveau et les pathologies associées, en travaillant avec une équipe avec laquelle je partage la même vision.
De plus, la santé mentale est encore un domaine très mal compris, souffrant de stigmatisation et de clichés persistants. J'aimerais contribuer à changer cela en informant les gens, pour améliorer le bien-être mais aussi la tolérance et la compréhension sur ces sujets.

Coco

Coco, une adorable cocker noire née le 21 juin 2021, présente tous les jours avec nous au travail et appartenant à Patrick notre administrateur délégué, occupe le rôle de mascotte au sein de Neurofeedback.

Elle se montre très amicale envers tous les membres de l’équipe, et elle est très aimée de nos clients, en particulier des enfants.

De plus, elle adore jouer et lorsqu’elle ne s’amuse pas, elle se repose aux pieds d’un des membres de l’équipe.

Ayant une légère déficience visuelle, Coco est maladroite, mais cela ne l'empêche pas d'assumer le rôle d'aspirateur au Silversquare et de tout faire pour une biscotte.

Petite peureuse dans l’âme, elle aboie quand elle ne discerne pas bien. A part ça, elle remue sa queue sans cesse pour nous montrer sa joie.

Dotée de nombreuses qualités, Coco est un véritable chien thérapeutique. Elle est à la fois indépendante et fidèle et part souvent se balader toute seule et nous retrouve plus tard.

Sa douceur et son caractère aimant en font une compagnie précieuse pour ceux qui la rencontrent.

En résumé, Coco est une présence réconfortante et précieuse pour notre équipe et nos clients. Nous avons tous une grande affection pour elle.